Vélo, boulot, dodo : ce qu’il faut savoir sur cette routine santé et bien-être

À l’école, le sport était pour moi une tannée. C’était les 4 heures de la semaine que j’évitais par-dessus tout. 10 ans plus tard, avec l’âge, la cigarette et l’apéro, le sport est devenu une nécessité.

Comme beaucoup, je me suis d’abord tourné vers un club pour en pratiquer quelques heures dans la semaine. Malheureusement, le transport jusqu’au gymnase et les deux heures consacrées tard le soir après une longue journée de travail ont eu raison de moi. J’ai séché une fois, deux fois… puis n’y suis plus retourné.

Alors l’année dernière, j’ai pris une résolution : me déplacer en vélo. Comme je vais tous les jours au travail, il y a peu de risque que je finisse par ne plus m’y rendre… mon patron finirait par le remarquer. Comme ma vie personnelle est plutôt chargée, 2 fois 15 minutes de sport par jour me paraissent plus faciles à insérer dans mon calendrier que 2 heures un soir ou dans le week-end.

Si, comme moi, cette année, vous envisagez de troquer voiture ou métro pour le vélo, voici ce qu’il faut savoir.

Le vélo apporte beaucoup de bénéfices pour la santé et le bien-être au travail. Cependant, il nécessite une bonne préparation.

Je vous explique tout en me basant sur mon expérience.

Gagnez du temps : ne rédigez plus vos comptes rendus

Consacrez votre temps à votre cœur de métier, et confiez la rédaction de vos comptes rendus de réunion à des professionnels.

 

Codexa, spécialiste de la rédaction de comptes rendus depuis 2007, rédige pour vous procès-verbaux et comptes rendus de réunion, de l’exhaustif à la synthèse.

 

Bienfaits sur la santé

Les bienfaits du vélo sur ma santé sont évidents. En un an, j’ai perdu 4 kg. Mieux, je suis passé de 2 à 3 semaines de maladie par an à 1 seule. En plus, les douleurs dorsales chroniques dont je pouvais être victime ont disparu.

Cette impression est confirmée par une enquête citée dans le rapport « Pour une généralisation de l’indemnité kilométrique Vélo » rendu à la ministre du Transport le 20 décembre 2017 : un salarié qui se rend en vélo au travail compte 15 % de moins d’arrêts de travail que ses collègues.

Il y a bien sûr les effets à long terme sur le cœur, les articulations et la circulation sanguine.

Réduction du stress au travail

Matin et soir, j’évite le stress du métro. Mieux, ce moment de sport avant et après le travail assure une transition sereine entre le stress personnel et professionnel. Je suis donc moins tendu avant d’arriver au travail et en rentrant à la maison.

Fatigue : la solution au réveil difficile

Est-ce qu’arriver au travail en vélo épuise ? Non, au contraire, l’activité réveille mon corps.

Sécurité : prévoir un casque et faire attention

Faire du vélo dans Paris, ce qui est mon cas, peut vous sembler dangereux. Et vous avez raison : il est important de connaître les risques à partager la route avec les voitures, bus, scooters et camions. C’est pourquoi, où que vous soyez, certains préalables sont nécessaires :

  • casque: portez un casque en toute circonstance. Si l’accessoire vous semble encombrant une fois retiré, il en existe des pliables
  • respectez le Code de la route: ce n’est pas le tout de savoir ce que vous faites, il faut comprendre comment les autres circulent et réagissent face à votre comportement
  • anticipez les mauvaises conduites des autres usagers de la route: véhicules qui tournent sans clignotant ni vérifier leurs angles morts, scooters qui empruntent les pistes cyclables, piétons qui traversent sans regarder…

Transpiration : prendre des affaires de rechange et du déodorant

Autre question technique : arriver en sueur au boulot. Si votre entreprise met des douches à votre disposition, utilisez-les.

Chez Codexa, la configuration des espaces ne le permettant pas, j’ai trouvé une astuce : le maillot de sport. Quand j’arrive, je le retire, me passe une serviette sur le torse, mets un peu de déodorant et enfile mes vêtements du jour. Et je suis frais pour la journée !

Pour éviter de transpirer, vous pouvez aussi pédaler tranquillement ou opter pour un vélo électrique.

Météo : se préparer

La pluie

J’ai dû prendre le métro pour cause de mauvais temps moins de 5 fois dans l’année. Même s’il pleut (presque) tous les jours à Paris, il ne pleut pas tout le temps. Sur mes heures de trajet, c’est même plutôt rare.

Pour savoir s’il va pleuvoir dans l’heure, et s’il peut être préférable de reculer son départ de quelques minutes, l’application de Météo France est très efficace. Je vous invite à la tester : elle s’est trompée une seule fois.

Le froid

L’hiver, un simple maillot de sport sous le manteau, je n’ai pas froid : l’exercice me réchauffe.

Le chaud

L’été, faire du vélo, c’est dur. C’est vrai. Mais en avançant, l’air rafraîchit. Et la sensation de chaleur est inférieure à celle que l’on peut subir dans le métro et les bus.

Vélib’…

Enfin, dernier point : utiliser son propre vélo ou les fameux Vélib’ ? Tout d’abord, quels sont les avantages d’un vélo partagé ?

Avantages

  • Je prends mon vélo et le pose où je veux dans Paris : je peux rentrer en métro, Uber ou à pied sans me poser de question
  • Il n’y a aucun entretien à faire
  • Le prix d’un Vélib’ est moins élevé qu’un vélo personnel : 37,20 € à l’année (prix des nouveaux Vélib’ mécaniques).

Inconvénients

  • Je suis tributaire de la disponibilité des Vélib’ et des places à l’arrivée
  • Ce n’est pas moi qui m’occupe de l’entretien du vélo, résultat : la station peut compter 4 vélos, mais 1 déraillé (un utilisateur ne peut pas remettre la chaîne tout seul), 1 selle cassée, 1 roue crevée et 1 pédale en moins.
  • Le vélo est un vrai tank : c’est sûr, il se casse difficilement, mais il est deux fois plus lourd qu’un vélo normal.

Face à ces inconvénients, le personnel est devenu une évidence pour moi.

… ou vélo personnel

Le vélo personnel est-il la réponse à tout ?

Avantages

  • Il est adapté à ma morphologie : position du dos parfaite, pas de réglage à faire avant chaque départ
  • Je sais toujours dans quel état je vais le trouver
  • Il est léger et sa conduite est fluide : j’ai opté pour 6 vitesses, ce qui me permet d’avancer en douceur.

Inconvénients

  • Quand je prévois une sortie après le travail et que je sais que je ne pourrai pas rentrer en vélo, je dois laisser le mien au travail ou à la maison
  • Il faut disposer d’un rangement à vélo en sécurité, chez soi et sur son lieu de travail
  • Mon vélo dormant dehors, il se dégrade rapidement et demande un entretien très régulier.

Aujourd’hui, j’utilise donc mon vélo personnel tous les jours, et le Vélib’ dès que je sais que je rentrerai avec un autre moyen de transport ou lorsque je dois réparer mon vélo. Je considère avoir trouvé un bon compromis.

Conclusion : le trajet en vélo, le bon moyen d’insérer du sport dans son quotidien

Insérer du sport dans notre quotidien ne demande pas grand-chose. Il suffit de remplacer quelques habitudes par d’autres. Ainsi, troquer le métro par le vélo réduit le stress, améliore le bien-être et la santé.

Peut-être ne lirez-vous plus dans le métro, mais vous pourrez bouquiner tranquillement le soir, quand vous n’aurez pas à vous rendre à votre salle ou votre gymnase.

Vous avez d’autres questions ? Posez-les en commentaire. J’y répondrai.

Sieste au travail : journal de bord d’une expérience d’un mois

 

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :

Share This