Home office ou coworking : pourquoi choisir ?

Ne nous le cachons pas, le travail à domicile ou home office présente de nombreux avantages, dont les plus importants sont l’autonomie et la flexibilité du temps de travail, mais aussi quelques inconvénients non négligeables, dont l’isolement. Le travail en bureaux à partager ou espace de coworking apparaît alors comme la solution idéale pour ceux qui cherchent de la compagnie.

Définition du coworking

Le coworking est un type d’organisation spécifique du travail qui sous-tend deux notions essentielles : le travail en espace partagé et le réseautage.

À l’origine, l’idée était de permettre aux travailleurs indépendants de se regrouper pour ne plus être isolés et de travailler avec des « collègues ». Aujourd’hui, de grandes entreprises se mettent aussi à la location de bureaux partagés pour y installer certains de leurs salariés, voire des services entiers de la société. Le but ? Bien sûr, faire des économies, mais aussi doper la créativité de leurs salariés à travers la diversité des échanges dans un espace de coworking.

Le coworking, c’est pour qui ?

Indépendant ou salarié travaillant essentiellement en télétravail à domicile, l’office sharing apparaît comme une bonne option pour plusieurs raisons. Personnellement, je suis indépendante et inscrite dans un espace de travail partagé depuis seulement 1 mois et, déjà, les effets positifs s’en font ressentir.

  • Je vais au travail « comme tout le monde »

Fini le passage du lit à la douche à la cafetière au bureau, voire du lit au bureau pour les accros au boulot ! Maintenant, il y a forcément les cases « je m’habille décemment » et « je perds du temps dans les transports ».

Pour ne pas perdre tous les bénéfices du télétravail, j’ai trouvé un espace de coworking à 10 minutes en voiture de chez moi, ce qui est un avantage à prendre en considération si, comme moi, vous devez vous motiver pour sortir de chez vous.

  • J’ai des horaires de travail raisonnables

L’espace de coworking est accessible 24h/24, mais ce n’est pas une raison pour travailler sans cadre.

Pour garder des horaires de travail raisonnables, je me fixe des objectifs le matin (ou la veille au soir pour le lendemain) et une fois le travail réalisé, soit je quitte mon « bureau » plus tôt, soit j’entame une autre tâche qui prend peu de temps pour travailler jusqu’à une heure raisonnable.

Par ailleurs, quand je rentre à la maison, je ne rallume pas mon PC professionnel – ce qui fait une différence significative sur la vie de famille !

  • Pour ma famille, je ne suis plus « à disposition » toute la journée

L’image que le télétravail à domicile renvoie est parfois compliquée à gérer au niveau familial. Maintenant que je me rends à l’espace de coworking, je ne suis plus disponible en pleine journée pour faire tourner la machine à laver, pour sortir les poubelles à 11h, pour réceptionner les colis, pour préparer à 15h un petit plat qui doit mijoter pendant 3 heures… Vis-à-vis de son conjoint ou de ses enfants, ça change tout ! Fini les discussions sans fin…

– Tu n’as pas eu le temps de faire tourner la machine à laver aujourd’hui ?

– Non, j’étais débordée.
– Mais ça ne prend que 5 minutes quand même !

– J’ai eu une journée chargée.

Fini les voisins à la retraite qui téléphonent pour papoter et qui n’ont pas l’impression de déranger parce qu’après tout, quand on passe sa journée à la maison, ce n’est pas vraiment du travail dit-on… Maintenant, je peux enfin répondre « je suis au bureau » et, là, les gens prennent soudain l’initiative de dire qu’ils vous rappelleront dans la soirée.

  • J’ai désormais des collègues avec qui discuter

L’avantage du travail en espace partagé est avant tout la convivialité. Quand on travaille seul à la maison, il n’y a personne pour partager ses joies ou ses rages, personne avec qui partager le déjeuner. Désormais, vers 11h30, les messages commencent à poindre sur Slack dans l’onglet « miam » pour savoir qui veut manger quoi. Entre la pizza sans garniture de Domino’s ou les sashimis au poulpe qui bougent encore dans l’assiette, ça fait tout de même un grand bien de partager son repas avec des collègues plutôt que de passer tous ses déjeuners devant Jean-Pierre Pernault !

Mon premier jour de coworking, j’ai même eu droit à une partie de baby-foot le midi pour se défouler un peu. Charmée !

  • Tout le monde s’entraide.

Les espaces de coworking ne sont pas seulement des bureaux partagés, ce sont aussi des lieux de rencontres et d’échanges. Vous cherchez un développeur informatique pour un nouveau projet ? Il y en a probablement un assis à côté de vous, mais vous ne le savez pas encore. C’est d’ailleurs l’une des premières questions que l’on vous pose quand vous vous inscrivez à l’espace de coworking : « cherchez-vous des compétences ou des partenaires pour développer un projet ? ». Tous les métiers se côtoient, et il est bien plus facile de réseauter dans un environnement de bureaux partagés que par les réseaux sociaux.

Comment fonctionne le coworking ?

La première question qu’on se pose quand on veut se lancer est de savoir combien ça coûte et comment choisir entre les multiples offres dans ce secteur.

  • Un secteur en plein essor

Selon la ville où vous vivez, les prix peuvent varier du simple au double. Des espaces de coworking se développent dans toutes les grandes villes, Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille ou Lille, mais pas seulement. Le n°1 mondial du secteur, WeWork, débarque en France en 2017 et vient d’ouvrir un espace de 12 000 mètres carrés à Paris qui pourra accueillir 2300 créateurs d’entreprise ou salariés.

Ce secteur est en plein essor et les offres sont très diversifiées. Formule d’abonnement mensuel ou formule à la carte, desk sharing ou bureau isolé, les espaces de coworking offrent en général suffisamment de flexibilité pour trouver la solution qui vous conviendra. Les offres de services peuvent aussi être très variables, en fonction du prix.

  • Les critères de choix

À vous de fixer vos critères de choix prioritaires. Personnellement, j’ai visité deux espaces de coworking, l’un géré par une grande société, Regus, et l’autre géré par deux associés à la tête d’une TPE. Mon choix s’est tout de suite porté sur le second. Pourquoi ? L’ambiance décontractée, à 10 minutes en voiture de chez moi, pour un abonnement mensuel raisonnable.

Ayant du mal à me motiver pour sortir de chez moi, ma priorité était de trouver une ambiance de travail agréable. Chez Regus, l’ambiance est certes ultra professionnelle pour recevoir des clients ou faire passer des entretiens de recrutement, mais à vivre au jour le jour, pas pour moi. J’ai donc privilégié la décontraction et la simplicité, qui correspond davantage à mes attentes. Je peux aller en tongs au travail, personne ne me dira rien !

Selon vos besoins, les offres de services peuvent aussi peser dans la balance pour prendre votre décision. Tous les espaces de bureaux partagés offrent en principe l’internet haut débit, l’accès à des salles de réunion ou des bureaux isolés, un espace détente, une cuisine, mais l’offre peut aussi être plus surprenante : des cours de yoga ou de fitness, des espaces de méditation, des massages, des cours de cuisine…

Tout dépend de ce que vous recherchez et du budget que vous êtes prêt à y consacrer. Vu l’engouement actuel pour cette nouvelle façon de travailler, le marché se segmente. Il y en a donc pour tous les publics. À Paris, l’accès à un espace de coworking basique coûte aux environs de 350 ou 400 euros par mois. Pour des lieux haut de gamme proposant une offre de services plus étendue, il faut compter entre 600 et 900 euros par mois.

En conclusion

À vous de trouver le bon équilibre qui convient à votre rythme de vie. Personnellement, je travaille chaque semaine 3 jours à la maison et 2 jours à l’espace de coworking. Un bon compromis qui me permet de profiter des avantages des deux systèmes, sans les inconvénients !

Si vous êtes indépendant et que vous avez l’habitude, comme moi, de travailler à domicile, peut-être avez-vous du mal à vous motiver pour quitter la maison, et ce même si vous savez que c’est ce qu’il vous faut. Dans ce cas, la meilleure solution est de définir des jours de coworking fixes dans votre calendrier et de vous y tenir. Si vous avez l’habitude d’avoir un planning extrêmement flexible pour prendre vos rendez-vous chez le médecin, le vétérinaire ou pour aller faire vos courses, changez votre fusil d’épaule. Fixez d’abord vos journées « au bureau », puis vos rendez-vous extérieurs, et surtout pas l’inverse. Sinon, toutes les excuses seront bonnes pour rester à la maison.

Ensuite, visez un objectif raisonnable au début. Si vous êtes à 100 % en télétravail à domicile, rien ne sert de passer à 100 % en espace de coworking. 2 ou 3 jours dans un espace de travail partagé par semaine sont largement suffisants au début pour accepter le changement sans trop de difficulté et rester motivé. Une fois que vous aurez changé vos habitudes ou que vous ne pourrez plus vous en passer, ou si jamais vous devez prendre votre revanche au baby-foot, vous pourrez augmenter la cadence !

 

Share This