Le bingo des réunions

Vous entendez systématiquement les mêmes expressions en réunion, tellement spécifiques et ressassées qu’elles en perdent leur sens ? Le bingo des réunions est fait pour vous !

Le principe est simple : construisez une grille de loto avec une expression dans chaque case (plus l’expression en question vous agace et plus le jeu sera appréciable) et cochez chaque expression prononcée ! Vous pouvez jouer entre collègues : le premier qui parvient à remplir une ligne ou un carton gagne.

Des exemples ?

Les anglicismes “top down” ou “peer review”, l’affreux “benchmarquer” ou l’envahissant “impacter”. Certains sont carrément des marronniers : “ASAP”, “performance”, “partenaire”, “teasing”…

Le site bingo réunion vous propose un générateur de grilles thématiques et même la possibilité de personnaliser vos grilles. Sinon, vous pouvez aussi utiliser une feuille de papier, un crayon et une photocopieuse.

Mais pourquoi le bingo ?

L’inventeur du bingo réunion n’est jamais que l’héritier d’une longue lignée de génies du détournement du bingo. Je vous donne l’un de mes préférés, le bingo Top Chef, de l’émission du même nom. Placez les locutions consacrées : “gustativement c’est bon”, “visuellement c’est beau” ou encore le classique “ce qui m’intéresse, c’est de faire la cuisine du cœur”. Attention, les expressions “je vais partir sur”, “revisiter” et “y a pas moyen que je sorte” sont interdites.

L’intérêt du bingo détourné est aussi l’explication de sa naissance : il permet de rendre supportable tout contenu fortement ennuyeux et répétitif.

La seule alternative ?

Dans le cas d’une émission de télé, vous pouvez toujours changer de chaîne. Il est parfois difficile de trouver une excuse pour sécher une réunion. Soyons honnêtes, une réunion qui déclenche un bingo ne doit pas réellement être utile et constructive pour tous les participants.

Après quelques parties de bingo – dont les retombées professionnelles ne sont pas forcément intéressantes pour vous -, je vous recommande une nouvelle recette : le dynamito.

C’est très simple : prenez quelques expressions récurrentes qui vous agacent au plus haut point et remplacez-les par une formule plus pertinente, plus précise, ou encore par un missile verbal destiné à montrer l’inanité du concept fourre-tout et réchauffé qu’on vous ressert pour la énième fois.

Par exemple, si pour toute problématique, la réponse est “la révision des process”, il serait peut-être plus intéressant de parler d’organisation, de prise de décisions, de répartition des missions, de stratégie ou encore des moyens alloués. Un mot n’est jamais critiquable en lui-même, mais s’il devient vague au point de masquer les enjeux réels, il est sans doute temps… de la dynamiter.

Le dynamito est plein d’avantages (quand il est manié avec diplomatie parce que sinon, c’est un suicide professionnel ) :

  • Vous manifestez votre intérêt et vous participez ;
  • Votre cerveau est actif et vous pouvez chasser un peu cette torpeur insupportable qui pèse sur vos paupières ;
  • Vous pourriez permettre à des collègues de s’échapper de leur ennui ;
  • Il est possible que vous lanciez une discussion sur un concept pertinent ;
  • Avec beaucoup de chance, vous pourriez retirer quelque chose d’utile de cette réunion (autre que le lot associé à un carton plein).

Astuce : Le bingo est déclinable en version familiale et lors des soirées électorales.

Des grilles à partager ?

L’auteur décline toute responsabilité quant aux ennemis que vous pourriez vous faire en vous adonnant à la pratique du bingo.

Share This