J’ai enfin appris à frapper à 10 doigts !

Petit retour d’expérience sur la méthode d’apprentissage de la frappe à dix doigts : toujours revenir à la position de base des touches F et J, ne pas regarder le clavier, ne pas déplacer ses poignets, mais toujours affecter les touches aux mêmes doigts. Pourquoi c’est difficile, mais pourquoi il faut s’accrocher. 

Pourquoi apprendre ? Depuis des années, je dois taper vite au clavier : délais serrés et journées bien remplies. Pourtant, je ne suis bizarrement jamais passé par l’étape de la frappe à dix doigts. Ça faisait partie des choses à faire que je repoussais indéfiniment. Je tapais à six doigts et ça suffisait.

Et puis on m’a donné l’occasion de me former. J’ai donc pu tester une méthode et je vous en livre les résultats ici. Mon premier conseil après expérience : faites-le, mais soyez patient et préparez-vous à quelques difficultés. Comme je l’explique plus loin, j’ai appris sur plusieurs semaines, mais en étant peu rigoureux. Il m’a donc fallu beaucoup de temps pour arriver enfin à taper à 10 doigts, mais je pense qu’avec de l’organisation, vous pouvez y arriver en 15 jours.

Comment faire

  1. Calculez votre vitesse de frappe actuelle
  2. Utilisez un outil d’apprentissage en ligne (gratuit de préférence) qui vous proposera des exercices sur clavier
  3. Faites-en un peu tous les jours
  4. Persévérez !
  5. Appréciez votre nouveau confort
  6. Recalculez votre vitesse de frappe

Vous pouvez comparer plusieurs outils pour apprendre avant de vous lancer. Personnellement, j’étais très satisfait de typingstudy :

  • les exercices sont simples, mais efficaces,
  • l’ergonomie du site est bonne
  • l’outil vous propose des indicateurs pour mesurer votre progression.

Si vous ne tapez pas très vite au clavier pour le moment, précipitez-vous sur ces exercices, vous ne pourrez qu’améliorer votre vitesse de frappe.

Attention, au début c’est très contrariant

Si vous tapez depuis longtemps, vous allez probablement déjà vite sur votre clavier. Qui plus est, vous avez développé des automatismes. Autant le dire tout de suite, passer à une frappe à 10 doigts est au départ très frustrant. Vous avez l’impression de repartir de zéro, vos doigts ne répondent pas toujours comme ils le devraient et si vous utilisez un outil qui calcule les temps de frappe, vous allez sans doute vous sentir nul : vos temps seront plus faibles qu’avant et vous ne verrez pas de progression au début. Ne vous inquiétez pas, c’est normal.

Mon temps ancienne méthode (sur 10fastfingers):

Score de frappe au clavier à 73 mots par minute

Score de vitesse de frappe de 73 mots par minute avant la méthode à 10 doigts.

Mon temps nouvelle méthode (avant progression) :

score vitesse de frappe 56 mots par minute au début de la nouvelle méthode à 10 doigts

Score de vitesse de frappe de 56 mots par minute au début de la nouvelle méthode à 10 doigts.

Garder son sang-froid

Dans ces conditions, il est rapidement très tentant de :

  1. Abandonner : je vous renvoie à la section « pourquoi il fallait le faire », en fin d’article.
  2. Tricher si vous utilisez Word, avec des raccourcis clavier (mais si vous appliquez raccourcis et frappe à 10 doigts, c’est encore mieux)
  3. Faire tous les exercices d’un coup, pour que ce soit réglé et qu’on puisse passer à autre chose.

C’est ce que j’ai fait. Je faisais des sessions d’une ou deux heures quand je trouvais le temps, au lieu de me contenter de dix minutes par jour, tous les jours. Grossière erreur. Oui, cela semble évident, mais attendez de faire vos premiers exercices de 5/10 minutes à taper uniquement des « fqjm » dans différentes combinaisons (j’exagère à peine) et de sentir vos doigts tout rouillés, et on en reparle. J’avais la flemme de m’y mettre tous les jours parce que cela me paraissait rébarbatif (et ça l’est !) et quand je pratiquais, j’en faisais trop parce que je voulais constater des progrès.

Réapprendre progressivement à taper pour ne pas casser vos acquis

Si vous utilisez comme moi une méthode de brute pour apprendre, il va se passer ceci : non seulement votre progression sera beaucoup plus lente que si vous pratiquiez un peu tous les jours, mais en plus, vous allez casser tous vos automatismes sans les remplacer par de nouveaux. Traduction : après cinq semaines de sessions intensives et irrégulières, je tapais encore plus lentement qu’au départ, et pour couronner le tout, avec moins d’aisance.

Petit moment de remise en question et légère frustration. J’étais une sorte de type mou ayant décidé de se mettre à la salle de sport, se retrouvant avec des bras un peu musclés, mais avec du ventre et essoufflé dès les premières marches d’escalier. Cela n’a pas duré, mais j’ai perdu du temps bêtement.

Comment apprendre à frapper à dix doigts : avant tout, positionner ses doigts

La clé est de revenir toujours à la position de départ. Avec la frappe à dix doigts, vos mains bougent très peu. Vous fournissez moins d’efforts et vous allez plus vite précisément parce que vos mains sont bien positionnées.

Voici donc la fameuse position de base : votre index gauche doit être placé sur le F et votre index droit, sur le J. Tiens, mais ce sont les touches avec un petit trait en relief dont vous n’avez jamais su à quoi il servait (moi non plus) ! Eh oui. On peut donc repositionner correctement ses mains sans regarder son clavier, simplement en les faisant glisser sur les touches jusqu’à ce que les index retrouvent leurs deux marqueurs. Gain de temps.

C’est une bonne première étape : commencer par ne plus bouger les poignets, mais les doigts.

Progresser par paliers

Une fois que vos mains sont bien positionnées, vous allez devoir réapprendre comment atteindre chaque touche. Il faudra contrarier vos mouvements naturels au début.

Chaque doigt est affecté à certaines touches. On apprend rangée par rangée, en commençant par les touches sur la ligne du F et du J. Par exemple, le M est toujours tapé avec le petit doigt droit, le D avec le majeur gauche. Et ainsi de suite.

Les 3 trucs pour vraiment frapper à 10 doigts

  • Toujours revenir à la position de base F et J
  • Apprendre à ne pas regarder le clavier (même si vous faites beaucoup d’erreurs au début)
  • Respecter les zones affectées à chaque doigt, même si c’est pénible (voire douloureux quand votre poignet a commencé à se déplacer, mais que vous venez de vous souvenir qu’il fallait utiliser l’annulaire, et non, pas l’index)

Pourquoi il fallait quand même le faire

  • Parce que désormais ça va mieux (un peu comme aller chez le dentiste, en somme) : passée la période d’apprentissage, qui peut être assez courte si vous vous y prenez correctement, taper à dix doigts est réellement agréable.
  • Parce que si vous utilisez beaucoup le clavier d’ordinateur, vous êtes exposé à des troubles musculo-squelettiques des mains et des poignets. C’est un sujet à ne pas prendre à la légère. Comme pour les maux de dos, mieux vaut prévenir les TMS que les réduire : il peut être très difficile, voire impossible, de récupérer complètement de ce type de traumatisme. Frapper à dix doigts réduit les mauvaises postures et diminue la pression sur vos poignets et les articulations de vos doigts.
  • Parce que vous serez moins fatigué
  • Parce que vous aurez moins besoin de concentration pour utiliser le clavier et donc, plus de neurones pour se concentrer sur ce que vous écrivez
  • Et parce qu’in fine, vous irez plus vite.

Taper au clavier toute la journée sans fatiguer

Conclusion : je recommande, mais avec plus de méthode

Personnellement, je retrouve à peine ma vitesse de frappe de départ. En revanche, j’ai beaucoup moins mal aux mains, et surtout, mon expérience de rédaction est beaucoup plus agréable : je suis plus concentré et davantage “en immersion” lorsque je rédige, ce qui rend mon travail plus fluide et plus efficace. En deux mots, si c’était à refaire, je le referais, mais de manière beaucoup plus progressive.

Le mois prochain, je vous explique pourquoi il faut se mettre aux chicons au gratin. Ou pas.

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :

Share This