Antidote 9 : des améliorations utiles, mais non vitales

Article mis à jour le 26 juillet 2019.

Faut-il passer à la version 9 d’Antidote ? Voilà la question que je me suis posée lorsque la mise à jour est sortie. Au quotidien, le correcteur à la fiole est pour moi un élément aussi capital que Word et Express Scribe. Néanmoins, les nouveautés mises en avant par Druide (au prix de 49 euros la mise à jour et de 120 euros la version complète) valent-elles vraiment un nouvel investissement ? 

Après quelques mois d’utilisation, je peux répondre à votre question. Si vous avez déjà Antidote 8, passer à la 9 ne sert à rien. En revanche, si vous utilisez encore Antidote HD, il sera temps de passer à la version supérieure. Je vous explique pourquoi.

 

 

Des nouveautés affichées accessoires pour le métier de rédaction

Sur le papier, cette nouvelle version donne vraiment envie :

  • un nouveau volet de correction : après la linguistique et la typographie, le style !
  • la correction de l’anglais ;
  • des dictionnaires plus riches et plus connectés, notamment avec une intégration des pages de Wikipédia ;
  • une version Anti-Oups! qui permet d’envoyer le mail directement depuis la fenêtre du correcteur.

Dans les faits, la réalité est un peu moins superbe.

Style

Capture d'écran d'Antidote 9 : onglet style

La fenêtre Style, tant vantée, existait déjà, comme nous vous le présentions dans un précédent article. Dans cette nouvelle version, elle a simplement été mise en avant au même titre que la typographie et la linguistique.

De plus, concrètement, l’algorithme reste le même, puisque les détections avec la version 8 sont strictement les mêmes avec la version 9 :

Capture d'écran du style sur Antidote 8

Antidote 8 > Révisions > Style

Capture d'écran de la fonction style sur Antidote 9

Antidote 9 > Style

La seule différence réside dans le choix des couleurs, peut-être un peu moins criardes.

Anglais

L’anglais est une véritable avancée. En revanche, à moins de rédiger directement dans la langue de Shakespeare, cette option n’est pas nécessaire pour notre métier. En effet, dans le monde actuel de l’entreprise, qui mêle anglais et français, il serait intéressant de pouvoir repérer les fautes d’orthographe dans les termes ou expressions anglophones utilisés dans des paragraphes en français. Mais il n’en est rien. À moins de créer une entrée dans votre dictionnaire personnel, Antidote Option Anglais ne vous permettra pas de corriger la phrase suivante :

Les key manger seront responsables de l’entretien des ingénieurs.

Antidote ne vous proposera pas la correction « key manager » et encore moins « key managers », ce qui serait pour nous une véritable révolution.

Anti-Oups!

La possibilité d’envoyer le mail directement depuis le volet de correction est effectivement fort pratique.

Des dictionnaires connectés

Cette amélioration est pour moi un peu gadget. Je ne l’avais personnellement pas remarqué. Cela dit, pour les accros de la recherche lexicale, elle peut être intéressante – même si dans ce cas vous aurez probablement trouvé des solutions directement en ligne.

Quelques avancées techniques dans cette mise à jour

En allant au-delà de la simple présentation par Druide de cette version, j’ai découvert quelques avancées techniques bien pratiques pour nous au quotidien.

Tolérer les heures avec des zéros d’alignement

Finies les corrections intempestives d’Antidote sur les heures. Désormais, le correcteur vous laisse vos horaires d’ouverture en 14 h 05, et ne vous impose pas la fautive forme 14 h 5.

Capture d'écran d'Antidote 9 de l'option "Tolérer les heures avec des zéros d’alignement"

Paramétrer dans l’onglet Typographie > Conventions

Les mots dont le sens change avec la majuscule

Capture d'écran d'Antidote 9 sur l'option "Les mots dont le sens change avec la majuscule"

Paramétrer dans l’onglet Langue > Majuscules

En cochant le paramètre « les mots dont le sens change avec la majuscule », Antidote 9 vous laisse par défaut vos « Direction » avec une capitale. En revanche, il ne comprend pas l’utilisation de la casse de « Secrétaire » ou « Élus » – il faudra continuer de demander au logiciel de ne plus signaler ces termes.

L’arrivée des triades

Hélas, toutes les évolutions apportent leurs lots de régression. Antidote a créé un nouveau paramétrage :

Capture d'écran d'Antidote 9 concernant l'option Triades des nombresEncore une fois, l’idée est intéressante sur le papier : il s’agit de paramétrer plus en détail les espaces à l’intérieur des grands nombres. En revanche, elle fonctionne mal. Cette option activée, Antidote remplace les « 3,966 millions d’euros », par exemple, en « 3 966 millions d’euros ». Cette correction est évidemment catastrophique.

Les évolutions au quotidien

Par rapport à Antidote 8, cette nouvelle version apporte des modifications (littéralement) à la marge.

Une nouvelle colonne dans votre volet de correction linguistique

Capture d'écran d'Antidote 9

Capture d'écran du correcteur Antidote 9 présentant la nouvelle colonne d'identification des languesDésormais, dans votre fenêtre de correction Linguistique, apparaissent de petits pictogrammes pour vous signaler les langues qu’il détecte (anglais, par l’indicateur « en » et les autres par « ? ») et les dialogues ou citations. Cette dernière option peut être fort intéressante pour le cas où vous ne souhaitez pas imposer un niveau de langue soutenu dans les échanges. En effet, s’adjoint un nouveau paramétrage pour ces détections.

Capture d'écran Antidote 9 présentant les options Dialogues et CitationsLes ruptures d’Antidote prennent une nouvelle codification

Enfin, exit les ruptures présentées par des sortes de « vaguelettes » verticales dans votre tableau de correction, que vous manquiez une fois sur deux.

Capture d'écran présentant les ruptures dans le correcteur Antidote 8Désormais, elles sont bien plus visibles. En survolant rapidement votre fenêtre de correction, vous distinguerez plus facilement les mots en trop ou en moins, les mauvais accords, etc.

Capture d'écran d'Antidote 9 présentant les rupturesLe style…

Finissons sur la première nouveauté mise en avant par Druide : le style !

Le nouvel emplacement de l’onglet style peut paraître cosmétique. Vous avez raison. Néanmoins, elle invite l’utilisateur d’Antidote à cliquer dessus et à se pencher sur son style. Et là… ça fait mal ! L’algorithme d’Antidote vous révèle toutes les répétitions que vous ne voyez pas ou n’entendez pas au moment de la relecture, lorsque vous vous concentrez sur le sens, la fluidité de la phrase, puis le français (grammaire, orthographe, syntaxe, etc.).

Cette analyse mécanique a un avantage et un inconvénient. Le bon côté est qu’elle invite à se rendre compte de toutes les répétitions que l’on ne remarque pas et qui pourtant distinguent un texte « pauvre » d’un « riche ». Le mauvais est le second travail qu’elle impose. Et celui-ci est titanesque :

  • plus le document est long, plus grande est la probabilité pour que vous deviez reprendre votre copie en intégralité et plus durera la relecture ;
  • pour supprimer les répétitions, la recherche de synonymes ou de paraphrases se transforme par endroits en véritable casse-tête (je vous laisse faire l’exercice avec l’exemple que j’ai inséré en début d’article).

Notons que ce dernier volet présente l’inconvénient de faire apparaître toutes les répétitions, y compris donc les mots introducteurs des comptes rendus non nominatifs, comme : « La Direction indique que… » ou « Les Élus objectent que… ». L’analyse du style en devient donc plus compliquée, car il faut écarter soi-même toutes les « fausses » répétitions, hélas ! inévitables.

Face à cet onglet Style, il se présente 2 écoles :

  • ceux qui souhaitent progresser dans leur écriture et proposer des textes riches en vocabulaire et précisions : ils passent de très longues minutes sur ce troisième volet pour fignoler leur production ;
  • ceux qui rédigent depuis des années et satisfont largement leurs clients actuels à qui il importe peu que le bilan soit fait, dressé ou établi. Ces rédacteurs n’ont pas une heure à perdre, après avoir synthétisé une longue réunion d’information sur les résultats de l’entreprise et ses débats houleux, chassé toutes les erreurs d’étourderie qui traînaient et soigné la présentation de leur document.

Pour ma part, la première fois que j’ai cliqué sur « Style », j’ai pris peur : je ne m’attendais pas à tant de répétitions. Avec le temps, cette frustration n’est pas partie : dernière étape de la relecture, les analyses (329) tombent comme un couperet sur un texte que j’ai cru avoir léché au maximum.

Conclusion : faut-il passer à la version 9 d’Antidote ?

Non. Si vous disposez déjà de la 8, gardez-la. L’investissement n’en vaut pas la peine.

Si vous vous servez encore d’Antidote HD, ruez-vous dessus. En plus de ces nouveautés, la version 9 conserve le système de dictionnaires pratiques au quotidien, et indispensables selon moi au métier de rédacteur de comptes rendus.

Si vous n’utilisez aucun logiciel de correction, il est impératif d’opter pour cette solution, complète et précise.

Et vous, heureux possesseurs d’Antidote 9, qu’en pensez-vous ? Satisfaits ?

 

Share This