Comment rédiger un compte rendu de mission ?

Vous avez effectué une mission d’audit, d’expert-comptable, juridique ou humanitaire… au sein d’une association, entreprise ou toute autre structure. Est maintenant arrivée l’heure d’en réaliser un compte rendu à diffuser à votre commanditaire. Quel que soit le type de mission, la démarche est toujours la même : rendre compte de vos observations, analyses et recommandations à votre commanditaire.

Experts en rédaction de comptes rendus, nous allons donc vous aiguiller dans cette tâche rigoureuse, mais globalement simple, puisque vous maîtrisez votre sujet et avez déjà effectué votre analyse. Il ne vous reste qu’à le mettre en forme pour partager votre travail. Tout d’abord, nous vous conseillerons sur la forme, puis sur le style à adopter, avant de vous présenter une rapide méthode de rédaction.

Quelle structure doit adopter votre compte rendu ?

Quel que soit le type de mission que vous avez réalisé, voici globalement les parties que vous serez amené à faire apparaître :

  1. Page de garde qui spécifie les structures mandataire et mandatée, ainsi que l’objet, les dates et/ou la durée de la mission
  2. Résumé qui présente les aspects importants des activités réalisées : sa lecture doit permettre d’appréhender tous les tenants et aboutissants de la mission
  3. Sommaire, pour faciliter la lecture
  4. Introduction qui rappelle brièvement le contexte de la mission et la méthode que vous avez utilisée. Elle présente le cheminement logique du rapport. Sa consultation doit permettre au lecteur de savoir si le document répondra à ses interrogations ou non
  5. Développement du compte rendu :
    1. Présentation des structures mandataire et mandatée
    2. Rappel du contexte/cadre de la mission : possibilité de reprendre directement la lettre de mission et de signaler le budget de la mission
    3. Exposition de l’objet de la mission
    4. Composition des experts de la mission
    5. Explication de la méthode suivie et des raisons qui ont conduit à employer celle-ci plutôt qu’une autre
    6. Signalement de toutes les difficultés qui ont pu conduire à un résultat incomplet
    7. Comptes rendus des entretiens avec la structure, en précisant thèmes de travail abordés, durées et dates. Si le cadre de la mission impose une certaine confidentialité, cette présentation peut s’effectuer sur la base de statistiques suffisamment large pour respecter l’anonymat des personnes consultées
    8. Analyse des situations relevées
    9. Recommandations formulées à destination du mandataire
  6. Conclusion qui fait écho à l’introduction et répond explicitement à l’objet de la mission, en exposant le déroulé logique du rapport de mission. Apportez-y une attention particulière, car c’est la dernière chose que liront vos mandataires et qui restera dans leur mémoire
  7. Annexes : rapports d’analyse, de mesures, comptes de résultat, etc.
  8. Bibliographie ou webographie complète qui permet de rendre à César ce qui appartient à César

Style à adopter

Vos lecteurs ont un besoin et font appel à vos services pour y répondre, sans avoir à lire un rapport de 100 pages. Aussi, nous vous conseillons de rédiger un document très synthétique, structuré, suivant un plan logique, en insérant photos, graphiques, plans, etc. plus parlants pour un non-expert.

Reléguez aux annexes tout le détail de vos analyses, relevés, etc. Ceux qui souhaiteront approfondir le sujet s’y reporteront ou vous interrogeront lors de la présentation de votre rapport de mission.

Employez un français soutenu, précis, avec une ponctuation adaptée. Faites bien attention à être compréhensible par une personne qui n’est pas de votre domaine : évitez les termes techniques ou expliquez-les de manière simple si vous ne pouvez pas en faire l’économie. Pour vous assurer de ne pas avoir laissé passer un mot probablement incompréhensible, faites relire votre compte rendu par un tiers.

Méthode à suivre

Nous vous conseillons de commencer par établir rapidement votre plan. Pour chaque point listé ci-dessus, créez des sous-points, sous-sous-points, etc. Ils doivent présenter les éléments que vous allez aborder. Une fois votre plan terminé, l’architecture globale et l’enchaînement logique de votre compte rendu vous apparaissent.

Rédigez en premier votre introduction et votre conclusion. Premier et dernier éléments lus, ils sont capitaux, car la première orientera la lecture et la dernière restera en mémoire. Ces deux seuils constituent le point de départ et le point d’arrivée de votre compte rendu : ils appuient votre rapport et en reflètent la cohérence.

Écrivez votre rapport du premier au dernier point. Puis, sélectionnez vos annexes les plus probantes. N’intégrez pas tous les documents que vous avez constitués, seulement ceux auxquels vous renvoyez dans votre compte rendu. Si vous ne faites pas référence à un fichier, c’est qu’il n’est pas capital pour la compréhension de votre mission.

Enfin, à tête reposée, relisez votre rapport, pour chasser toutes les coquilles, mais aussi vous assurer de sa cohérence globale. Puis faites-le relire.

Conclusion

Comme vous avez pu le voir, vous disposez de toutes les informations pour établir votre compte rendu. Cependant, il convient de les mettre en forme pour vous assurer de n’oublier aucune donnée capitale pour situer votre mission : objectif, contexte, intervenants, limites et recommandations.

Par ailleurs, ne négligez pas les aspects rédactionnels : expert dans votre domaine, certains cheminements logiques vous paraissent évidents, tandis qu’ils peuvent être abscons pour un néophyte qui vous mandate. Au-delà des termes techniques relatifs à votre métier ou à vos observations, utilisez un vocabulaire simple, mais précis : le langage insuffisamment soutenu décrédibiliserait votre compte rendu, alors même que votre mission était aboutie.

Marre de rédigez vos comptes rendus de réunions ?

Ou appelez-nous
01 75 77 62 40

Ceux qui ont lu cet article ont aussi lu :

Share This